zwan tips

Web, TIC et Vous

The african problem! 22/01/2008

Filed under: Afrikiyah,Tous les jours,World — zwan @ 09:22
Tags: , , , , ,

Qu’est ce qui nous différencie des autre peuples du monde? Nous, berceau de l’humanité, origine du monde, représentons ce que j’appellerai la honte de la Planète, et on en a même pas conscience ou le fait-on exprès? Je vous invite à lire ce post sur le blog d’un Kenyan qui, affecté par la crise dans son pays, jette un regard critique sur l’Afrique et ses dirigeants!

I liked it! 

 

4 Responses to “The african problem!”

  1. Eddy Says:

    On peut me dire ce que l’on veut, mais 600 ans d’esclavage et de colonisation ne vont pas passer comme cela, sans aucune conséquence sur notre facon de faire et de vivre.
    Est-ce que avant on ne vivait pas avec nos différences? Est-ce que cela nous a empêché de nous constituer en grands empires? de nous nourrir, de nous soigner, de nous vêtir? de déveloper nos arts? de bâtir?
    Nous étions en excellente condition physique, sinon aucun noir n’aurait pu arriver vivant aux amériques. On sait dans quelles conditions les voyages avaient lieu.
    Je comprends la colère du bloggeur, et je suis d’accord avec lui, il faudrait que nous (africains) nous changions. Mais nous sommes le résultat d’un conditionnement qui dure depuis 600 ans. Ca ne disparait pas comme cela d’un coup de baguette magique.
    Peut etre qu’il nous faut vraiment fermer nos frontières comme le Japon (Meiji) et repenser l’Afrique.

  2. zwan Says:

    Je rebondis sur ta dernière phrase. Fermer nos frontières seraient-elles la solution?
    Et si on optait plutôt pour une protection de nos valeurs? En contrôlant ce que nous recevons de l’extérieur…
    Pourquoi toujours se focaliser sur l’Occident pour trouver la solution à nos problèmes?
    Bref, beaucoup de questions…
    SI SEULEMENT NOS DIRIGEANTS POUVAIENT AVOIR LES MÊMES INQUIÉTUDES!

  3. Eddy Says:

    Mais c’est justement ce que j’entends par fermer les frontières: contrôler très précisement non seulement ce que nous recevons (les produits, les émissions « culturelles », les touristes, etc, etc), mais aussi ce qui sort d’Afrique. Il est inadmissible que nous continuons de brader nos matieres premieres, alors que nous pouvons (devons) les transformer sur place.
    Et nous devons nous asseoir ensemble, nous les fils et filles d’afrique et définir un plan de développement commun (telecoms, monnaie, infrastructures, …).
    Et ces histoires de coup d’Etat doivent cesser. Celui qui veut le pouvoir créée son parti et descend sur le terrain politique.
    Et les traitres d’entre nous qui se laissent acheter par l’etranger pour fomenter des rebellions doivent être « traités » comme des traitres qu’ils sont.

  4. Nino Says:

    Très d’accord avec Eddy,

    Le paracétamol ne soigne que le mal de tête causé par le paludisme, il ne soigne pas le paludisme lui-même.
    Pour guérir, il faut s’attaquer aux plasmodiums directement, pas uniquement aux céphalées.

    Beaucoup de solutions actuelles sont des palliatifs, pas des solutions de fond.

    Beaucoup d’africains vivent une situation de schizophrénie mentale.
    D’un part un état avec ses lois (qui ne sont pas familières à beaucoup), son armée, sa justice, etc…
    D’autre part, des ethnies avec leurs chefs, leurs tribunaux, leurs procédures, etc…
    Les 2 sont complètement différents; alors on est étonné qu’en période de vote, les gens ne savent pas comment ils doivent voter, ni pour quoi. Des fois même, ils ne savent pas pourquoi.

    Je dis ça car on se focalise souvent sur les populations urbaines, scolarisées, quand le gros des troupes est formé de ruraux, n’ayant pas de notion d’instruction civique (au sens occidental du terme).
    Alors, quand le chef du village dit de voter X, peu de gens pensent qu’il peut avoir tort, et qu’il faut faire autre chose. Des fois, le chef du village vote pour tout le monde (c’est VE-RI-DI-QUE).

    Rien n’est clair.
    L’idéal de vie n’est pas clair. On parle bcp de démocratie et de gouvernance dans les sphères élevées. Quand tu descends dans la rue, les populations te parletn de santé et de nutrition (à tort ou à raison, le problème n’est pas là)….
    L’application des lois n’est pas claire (car les populations constatent que c’est à la tête du client).

    Avec ça, qui s’attend à un bon fonctionnement? Faut pas rêver non plus.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s