zwan tips

Web, TIC et Vous

Comment reconnaitre un provincial à Ouaga? 09/09/2009

Il observe le panneau STOP! Sans blague!

Panneau Stop

Je ne croyais pas à cet adage jusqu’à ce que je fasse un tour à Koudougou (90 km de Ouagadougou) un de ces week end!

J’ai en effet, fait la connaissance, en seulement une demi-journée, de la plupart des policiers de la ville, à commencer par ceux du marché, mais là, c’était pour un SENS INTERDIT ( 😮 ) et de quelle manière, je vous laisse imaginer 😉

La rue principale de KDG! Remarquez la piste cyclable, le cycliste...

La rue principale de KDG! Remarquez la piste cyclable, le cycliste...

En bon étranger, je me suis résigner à faire le tour de la ville à pied. Tout en observant les citadins sur leurs motos aux différent carrefours et croisements!  Dingue, comme un ballet d’automates: on arrive, on freine, on met un pied sur le tarmac, sinon les 2 avant de vérifier la voie à croiser. Et on redémarre en trombes si la voie est libre! Bizarre hein, tout au moins pour un cascadeur Ouagalais!

La Cité des Arts de KDG. J'ai pas chercher à en savoir davantage: j'ai perdu de mon coté artistique depuis que je sais parler aux ordinateurs!

La Cité des Arts de KDG. J'ai pas cherché à en savoir davantage: j'ai perdu de mon coté artistique depuis que je sais parler aux ordinateurs!

Au fait, quand j’y pense, y a-t-il des panneaux STOP à Simonville? Zut, j’espère que Simon Compaoré, le bourgmestre de la capitale, ne tombera pas sur ce post…

 

Ouaga sous les eaux! 02/09/2009

Filed under: Afrikiyah,Tous les jours,Wogdogo — zwan @ 17:08
Tags: , , , , , , , ,

bleuPays

Ouaga a connu, ce Mardi 1er Septembre 2009, une pluie ininterrompue durant près de 11h de temps. Au final : 260 mm de pluie, un record jamais atteint de mémoire de météorologue dans la capitale Burkinabè. Et comme il fallait s’y attendre, le plein du barrage situé au cœur de la ville n’a pas été la seule conséquence , loin s’en faut.

Plusieurs quartiers de Ouaga ont connu des inondations allant jusqu’à terrasser des habitations. L’un des pires cas se situe autour du barrage: les quartiers de Paspanga, de Dapoya, de Tanghin et de Tampouy (Pont de Baskuy) ressemblent aujourd’hui à des terrains ayant connu le passage de plusieurs bulldozers! Les quartiers de la périphérie « non lotis » auraient également connu plusieurs dommages. A n’en point douter quand on sait comment y sont construits les maisons. A cela, il faut ajouter les nombreux autres secteurs qui ont connu des inondations des heures durant, faute de canalisations appropriées.


Une vue du quartier de Dapoya, en longeant la voie qui sépare ce quartier du barrage.
On constate bien que l’eau continue de se déverser dans la zone.

(more…)