zwan tips

Web, TIC et Vous

Crise à l’UO: la galère des étudiants 10/07/2008

Filed under: Tous les jours,Wogdogo — zwan @ 10:31
Tags: , , , , , ,

Où en sont les étudiants après la fermeture de l’Université? Surtout ceux vidés des cités universitaires… La coordination des délégués des cités universitaires de Ouagadougou a fait le point à travers une conférence de presse ce Mercredi 9 Juillet.

L’article ci-dessous est extrait du quotidien « Le Pays » du 10 Juillet 2008 et intitulé originellement « Fermeture des cités universitaires : Des étudiantes livrées à la prostitution »

La cité universitaire de Zogona

La cité universitaire de Zogona

Les délégués des cités universitaires de la ville de Ouagadougou ont rencontré la presse le 9 juillet 2008, pour expliquer les difficultés que les étudiants rencontrent depuis la fermeture des cités universitaires le 29 juin dernier.
Pour les étudiants, leur expulsion témoigne d’une injustice de la part du gouvernement et qui aurait même poussé certaines étudiantes à la prostitution, faute de logement et de quoi se nourrir.

Quelle galère ! Depuis la suspension des activités académiques et des oeuvres universitaires à l’université de Ouagadougou, le 29 juin, consécutivement aux échauffourées du 17 juin 2008, « la situation des étudiants expulsés des cités universitaires est devenue alarmante« , dixit Daouda Bélem, président de la coordination des délégués des cités universitaires de Ouagadougou.
Au cours d’une conférence de presse qu’ils ont organisée le 9 juillet 2008 au Centre national de presse Norbert Zongo, les membres de cette coordination ont mis à nu le « calvaire » que vivent les étudiants des 11 cités universitaires de Ouagadougou.
Daouda Bélem n’a pu contenir sa peine quant à la décision de fermeture des cités universitaires par le gouvernement : « Cette mesure est beaucoup, beaucoup douloureuse… très, très douloureuse » a-t-il déploré.

Selon les conférenciers du jour, les étudiants qui sont dans la rue valent 3000 personnes. Sans logis, sans nourriture, ni de quoi se soigner, exposés au VIH et autres maladies comme le paludisme, la bronchite, au banditisme, à la prostitution, etc. Ils sont totalement livrés à eux-mêmes, dans la misère absolue.
Selon le secrétaire général de la coordination, Drissa Sindé, il est avéré que certaines étudiantes s’adonnent déjà à la prostitution. Il a dit connaître des gens aux quartiers Kalgondin et Wemtenga qui auraient eu à héberger deux filles à la fois dans ces conditions.
Les délégués des cités universitaires de Ouagadougou disent ne plus rien comprendre à la réaction du gouvernement, si tant est que les autorités pensent réellement que les étudiants sont l’avenir de la nation, ont-ils signifié.

La trésorière, Assana Zerné, elle, dira du reste, que même avec la crise qui a occasionné l’arrêt des cours, les cités devaient être réduites et non toutes fermées. Les étudiants dénoncent alors l’arbitraire. Ils disent avoir tenté plusieurs fois d’approcher les autorités, à commencer par le Premier ministre, puis le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique.
Mais ces tentatives d’audience sont restées vaines selon les délégués des cités. Ils seraient même allés voir le Mogho Naaba pour une médiation. La coordination déplore par ailleurs l’attitude des parents qui, à travers leur silence, se font complices, selon eux, du comportement « inhumain des autorités. »

La coordination en appelle à la création d’une association des parents d’étudiants, en vue d’une prompte réaction face à de pareilles crises. Elle lance un appel également aux sages de se mobiliser pour l’ouverture immédiate des cités universitaires et le redémarrage des autres activités sociales à l’université de Ouagadougou, notamment l’ouverture du restaurant et du centre de santé.
Toutefois, elle n’a pas manqué de saluer toutes les personnes qui ont accepté de prendre en charge, un tant soit peu, ou d’accueillir des étudiants dans leur famille.

Lassina Fabrice SANOU et Albert ZONGO In « Le Pays » N° 4157 du 10 Juillet 2008

Publicités
 

Université de Ouaga: temple du s…ilence 30/06/2008

Filed under: Tous les jours,Wogdogo — zwan @ 12:50
Tags: , , , , , ,

Les récents évènements de l’Université dont j’ai parlé dans le billet précédent ont évolué d’une manière très inattendue.
Savez-vous la solution que le gouvernement a pu trouver pour nos étudiants?
Suspension pure et simple de toutes les activités académiques et connexes.

En effet, le président Jean Koulidiaty, suite à une décision gouvernementale a suspendu toutes les activités sur le campus! Et ce jusqu’au 16 Septembre 2008!!!
Quand on connait le retard des différentes UFR sur les programmes, on comprend mal une telle décision. Est-ce une telle réaction qui mettra fin aux problèmes que connait le campus?

La Une de Sidwaya du 30 Juin 2008

Que croient-ils? Qu’au 16 Septembre, ils auront de doux agneaux a la place de nos braves étudiants?

(more…)

 

Que se passe-t-il à l’Université de Ouagadougou? 20/06/2008

Filed under: Tous les jours,Wogdogo — zwan @ 20:20
Tags: , , , , , ,

Ce mardi 17 Juin, l’Université de Ouagadougou a connu une descente musclée des forces de l’ordre comme on l’a rarement vu. Et ce pourquoi? Une simple marche PACIFIQUE de 2 UFR (SEA & SVT) sur la présidence de l’Université en vue de remettre de main à main leur plate-forme revendicative au maitre des lieux. « Humiliation » que ce dernier n’était prêt à subir. Alors, qu’a-t-il fait?
L’argument de la force!

La une de l\'observateur du Mercredi 18 Juin

Or pendant que le Ministre des Enseignements Secondaires, Supérieures et de la Recherche Scientifique affirmait que « Tout baigne à l’Université de Ouagadougou », des policiers montaient la garde au temple du savoir… la présence des policiers aux alentours de l’université a été constaté depuis la semaine précédente attendant la moindre action des étudiants car qui ignore encore les problèmes de l’UO surtout dans les UFR SDS, SVT et SEA.

Voila, la barbarie a encore frappé! Mais le pire dans tout ça, c’est l’intervention des militaires du « Conseil ». Des tirs à balles réelles sur un campus, une chasse à l’homme jusque dans les recoins de Zogona,…

Et quand des ministres tout-entier viennent s’asseoir pour démentir ce fait, que peut-on dire? (cf. point de presse du gouvernement du 19 Juin)

Grande vue sur l\'avenue Charles de Gaule

A moins que ce ne soit ENCORE une manœuvre du gouvernement, c’est connu! Quand un problème le dépasse, il crée un AUTRE par dessus en vue d’ECLIPSER la raison PRINCIPALE du conflit.

Vigilance donc, Camarades, faut pas perdre de vue les raisons de la lutte!

Pour en savoir plus, lire cet article du quotidien l’observateur sur lefaso.net

 

La vie chère conduit à la prison… 12/03/2008

Filed under: Tous les jours,Wogdogo — zwan @ 18:08
Tags: , , , ,

Nana Thibault, le principal initiateur des manifestations contre la vie chère, va en prison pour 3 ans – ferme. Du moins c’est le verdict du procès des casseurs du 28 Février. Tombé ce mardi 11, vers 5 heures du matin – l’audience (seconde) qui concernait 169 prévenus a dû prendre près de 24 h. Lundi 10, 8h -> Mardi 11, 5h… 😮

Nana Thibault

Que va t-il se passer pour ce Monsieur qui, face au silence des syndicats et des pseudo-associations de consommateur, a osé appelé à la « ville morte »? C’est vrai qu’il y a eu des effets collatéraux, mais pour ma part je pense que vu le désarroi de la population, la meilleure alternative à l’interdiction pure et simple de la marche aurait été un encadrement, un suivi de la chose…

Et voila que les syndicats décident de s’en mêler. Ce 15 Mars, en effet, se tiendra la MANIFESTATION OFFICIELLE CONTRE LA VIE CHÈRE AU BURKINA FASO!!! Un chemin de croix et on finira quelque part à boire la bière…
Depuis combien de temps le peuple crie sa peine? Le gouvernement ayant déjà marqué des points en adoptant quelques mesures, je me demande bien quel enjeu peut-on donner à cette marche?
Let’s wait and see…

Pour finir, quelques photos que j’ai pu récolter sur les manifestations de Février.

vandales-2.jpg
phune_4_g.jpg
vandale1.jpg
manifs-ouaga9.jpg
vandale-mabucig.jpg
phune_3_g.jpg
image.jpg
image2.jpg
vandales-policier.jpg
 

Vie chère au Burkina: 3 mois de sursis!!! 28/02/2008

RevolutionAujourd’hui, c’est « ville morte » à Ouagadougou. Après Bobo, la semaine dernière, les Ouagalais manifestent contre la « vie chère ». « Vie chère »? La vie a de toute façon été toujours chère mais cette fois-ci elle est devenue intenable. En l’espace de trois mois, les denrées ont connu des hausses de prix jusqu’à 67%(sources ministérielles)! La bouteille d’huile de 90 centilitres est par exemple passé de 750F à 1250F. Certains produits ont carrément vu leur prix doublés.
Et le ridicule dans tout ça, c’est que personne ne sait là d’où cela provient. Les taxes n’auraient pas augmenté, mieux elles auraient même connu des baisses dans certains cas. Seraient ce les droits de Douane? Là encore, aucun changement n’a été noté ces derniers temps. Alors d’où ça vient? Demandez aux commerçants, ils vous parleront pour … ne rien vous dire. J’ai comme l’impression qu’on se fout de nous!

Dans cette situation, la rue semble être la seule solution. Mais est il indiqué de pousser le bout comme à Bobo? Voila notre autre grand défaut. « Marcher » = « Casser »! Détruire nos maigres actifs infrastructurels n’est pas la solution. Néanmoins, quand l’État (ou les décideurs de l’État) préfère construire des échangeurs au lieu de bitumer les rues des quartiers, au lieu d’améliorer les services dans les centres de santé, on est amené à croire à l’idée que l’argent publique est  d’abord utilisé pour leur propre besoin, leur propre plaisir.

Ceux qui vivent sont ceux qui luttent “Victor Hugo”

Je ne vous demande pas d’arrêter de « manger » mais de grâce, faites le dans la discrétion!!! Certaines personnes dans une ville comme Ouaga ignorent le prix du litre d’essence à la station. Tout est en bons provenant de qui? De l’État; des familles entières vivent ainsi sur le dos de l’État, du peuple. Et si ces sangsues s’arrêtaient seulement là!!! J’arrive pas à comprendre: se considèrent-ils comme des sur-hommes ou nous voient-ils en sous-hommes?

On s’étonne souvent du rang du Burkina dans le classement annuel du PNUD, mais un tour dans les « non-lotis » suffit pour nous convaincre surtout si nos pérégrinations nous ont déjà fait visiter Ouaga 2000. Les 3 Ouagas sautent aux yeux.
Hier, le gouvernement a pris des mesures provisoires pour stabiliser les prix sur le marché. l’État s’est donc « sacrifié » pour son peuple tant adoré! Et pour combien de temps? 3 mois! En fait, ce sacrifice doit permettre de vous préparer pour la rehausse, comme l’a expliqué le ministre. Et comme d’habitude, il en a profité pour faire étalage de toutes les dépenses et créances de l’État! On s’en fout! Quand le nom du Burkina parait dans cet article à propos d’une enquête française sur le patrimoine des chefs d’État Africains, quelle réaction attendez-vous de nous après ces discours préparé par des communicateurs peu scrupuleux?

La frustration sociale est à son extrême dans l’indifférence totale des dirigeants. Et ce qu’il faut noter c’est que les sociétés civiles d’aujourd’hui  ne sont plus celles d’hier(cf. Cote d’ivoire, Kenya, Cameroun,…), le peuple n’a que trop espérer.
Petit à petit, il comprend la nécessité de lutter pour son destin. Et savez-vous ce qui arrive quand un peuple, comme un seul homme, se lève?